Journal de vendanges – Suite et fin à Fontbonau



Chers lecteurs,

Ces derniers jours étaient intenses et les vendanges sont terminées. La récolte a été excellente, malgré un temps incertain, des orages et des pluies diluviennes (160mm en 5 jours…). Toute l’équipe des vendangeurs s’est serrée les coudes et les journées éreintantes se sont passées dans la bonne humeur et la solidarité.

Nous avons récolté les parcelles de Syrah et de Grenache, avec certaines parcelles ayant des vieilles vignes d’environ 70 ans. Des vrais papis parmi les ceps, mais qui se portent comme des charmes et qui ont donné cette année de belles grappes avec un état sanitaire quasi parfait, c’est à dire très peu de pourriture et une maturité plutôt homogène de parcelle à parcelle. J’espère que je serais autant en forme à leur âge…

Les vendanges manuelles ont été une fois de plus un gage de qualité pour le raisin récolté, car les pluies abondantes ont empêché la récolte mécanique, les machines ne pouvant pas circuler sur le sol très ramolli des vignobles. Ce qui est un vrai souci pour les viticulteurs dépendants des machines, car cela retarde les vendanges et le raisin risque de pourrir sur le cep à cause de l’humidité venue des pluies et des températures à la baisse ces derniers jours.

Nous aussi on a eu du mal par moment de circuler entre les rangs de vigne, tellement nos chaussures ont été transformés en grosses boules de gadoue…

Dans le vignoble, chaque vendangeur vérifie la grappe coupée (assez mature ? pas de pourriture ?) et les porteurs les regroupent en cagette, où le raisin est vérifié une deuxième fois. Ensuite les cagettes sont acheminées vers le chai. Les grappes y sont vérifiées une troisième fois, puis éraflées. Chaque parcelle est mise en cuve individuellement. Cette vinification parcellaire permettra ensuite d’optimiser les assemblages et de créer un premier vin avec les meilleurs éléments. Puis le deuxième vin se fera avec les éléments ne remplissant pas les critères pour le premier.

Tous les jours, le moût dans les cuves est manipulé avec douceur (piégeage à la main, remontage) pour extraire les couleurs, tannins et arômes des peaux et des pépins qui forment un chapeau très dense dans la cuve au dessus du jus et qu’il faut justement remettre régulièrement en contact avec le jus pour permettre une extraction optimale. La fermentation commence lentement selon les cuves, pour transformer les sucres contenus dans le jus en degrés enivrants, jusqu’à ce qu’il n’y a plus de sucre du tout. Fontbonau ne produit pour le moment que des vins secs, et la fermentation alcoolique se fait donc à 100%. Il est d’ailleurs amusant de déguster le jus au différents stades de sa transformation : d’abord un jus très sucré et dense, qui ensuite montre un premier pétillant léger en perdant un peu de sa sucrosité, puis sa transformation complète en 5 à 8 jours en vin, avec l’apparition puis disparition progressive des arômes prononcés de fermentation.

Le vin restera ensuite encore quelque temps en contact avec les peaux et pépins, pour continuer à extraire couleurs, tannins et arômes. En tout, le moût passe entre 3 à 5 semaines en cuve, temps de fermentation comprise. Ensuite le vin est écoulé par gravité dans une cuve intermédiaire. Le chapeau formé par les peaux et pépins est récupéré et pressé doucement pour en extraire le vin de presse, qui est ensuite incorporé dans le vin de la cuve intermédiaire. La troisième étape est l‘écoulement, toujours par gravité, du vin en barrique de chêne. Nous sommes toujours dans la vinification parcellaire qui se prolonge pendant l‘élevage en barrique à la cave à température constante, pendant quelques mois avant la mise en bouteille.

Toutes les manipulations du raisin et du vin se font avec le plus de douceur possible. Cela peut paraître incongru pour certains, mais le vin est une matière vivante et toute intervention trop brusque nuit à sa qualité, le produit final s’en trouve plus ou moins fortement pénalisé en perdant de profondeur, de complexité et de potentiel de garde. A Fontbonau on cherche justement d’intervenir le moins et le plus doucement possible pour permettre au raisin d’exprimer tout le potentiel de ses qualités intrinsèques. Le travail au chai s’avère donc tout aussi crucial dans la réussite d’un millésime que le potentiel du terroir, le climat, la qualité du cépage et la préparation du vignoble.

Ce travail d’arrache pied a été récompensé par de grosses nuits de sommeil (je n’ai pas aussi bien dormi depuis longtemps…) et une soirée convivial de barbecue à la belle étoile autour d’un feu de camp. Chacun est reparti avec quelques belles bouteilles et surtout d’excellents souvenirs. J’aime la simplicité des contacts humains lors des vendanges, où des gens de tout horizon et de tout âge se retrouvent pour partager un moment crucial dans l’élaboration du vin. C’était une belle expérience et je sais déjà que je récidiverai l’année prochaine !

Et pour vous, patient lecteur et lectrice, quelques photos en récompense pour partager un peu de cette aventure avec vous :)

A très vite !

Le Chai de Fontbonau

Dans le vignoble

Ambiance matinale à Fontbonau

Pause déjeuner

Le temps est partagé…

Au travail

Au travail

Dans le Chai

Clap de fin

Publicités
Catégories :Wine UncoveredTags:, , , , , ,

1 commentaire

  1. plein de souvenirs, cet article me rappelle ! Vendanges manuelles, quel travail ! Mais faites ainsi, on ne st’étonne pas que les ceps soient vieux de 70 ans pour certains. La vendangeuse, je l’ai vue à l’oeuvre, c’est impressionnant de qualité en ce qui concerne la récolte. C’est impressionnant le temps économisé. Mais j’étais sur la vendangeuse quand nous passions sur de vieux grenaches, et ils n’ont pas aimé, et la vendangeuse n’aime pas non plus. Constamment nous surveillions les possibles entrées de pieds de vigne, de morceaux cassés. Une vigilance de tous les instants. Bravo pour ce témoignage en tout cas, et merci encore !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :