Vignobles Suisses #1 – Un des secrets les mieux gardés du monde



En Suisse, il y a le chocolat, la montagne idyllique et les alpages verdoyants. Puis le gruyère véritable, sous forme d’une belle meule (qui n’a rien à voir avec cet espèce d’Ersatz caoutchouteux en sachet que certains adorent mettre sur leurs pâtes). Puis beaucoup d’autres délicieuses spécialités locales qui n’attendent que d’être découvertes sur place. Il y a aussi des sportifs en quête de paradis (fiscal) et pas mal de dictateurs à la retraite, anticipée ou volontaire, qui profitent de l’air pur et de la discrétion qui vient avec les comptes en banque bien remplis. Justement, il paraît que les secrets les mieux gardés se trouvent dans les coffres forts suisses…

Et que nenni, vous avez tout faux, ou presque !

Le secret suisse le mieux gardé, ce sont leurs vins. Et puisqu’ils sont très efficaces pour garder leurs secrets, ils boivent quasiment tout eux-mêmes ! Sur 100% de production, environ 98% est consommée en Suisse. Pas que par les suisses évidemment, mais quand même, trop efficace… Pas étonnant que ça ne s’ébruite que très peu au delà de leurs frontières.

Peut-être vous vous dites maintenant que leur production doit être anecdotique, mais pas tant que ça : la superficie des vignobles couvre tout de même environ 15.000 ha (l’équivalent du vignoble alsacien), ce qui représente la coquette somme d’environ 1.000.000 hectolitres de vin produits par an. Plus tous les vins des pays voisins plus ou moins proches qu’ils importent, certainement sous le prétexte d’une veille concurrentielle. Ah, ça vous en bouche un coin. On ne peut pas faire autrement que constater que nos amis suisses adorent consommer local. Ils ont même des places dans leurs villages qui sont entièrement dédiées à l’apéro (voici preuve à l’appui !).

IMG_7652

Bon, parlons de choses plus sérieuses ! Le vin se cultive dans 20 cantons sur les 23 que compte la Suisse, principalement dans les cantons de Vaud et de Genève, le Valais et le Tessin. Si vous visitez le pays et avez la chance de vous promener autour du lac Léman, grande région viticole dans tous les sens du terme, n’hésitez pas à monter un peu sur les hauteurs des collines. Vous auriez alors une vue spectaculaire sur le lac, la vigne qui se love sur son bord et le relief de la montagne qui se dessine de l’autre côté. Les petits villages nichés dans les vignobles sont pour la plupart assez anciens, coquets et tirés à quatre épingles, une vraie carte postale. Une beauté tranquille et puissante qui repose l’esprit et revitalise le corps.

 IMG_7445

Bien sur, une halte au hasard chez un vigneron s’impose ! Dans le canton de Vaud, tout autour de Lausanne, il y a de quoi faire pour une approche en douceur des vins suisses. Dans ce paysage montagneux au climat bien contrasté, le Chasselas règne en maître. Il est en diapason total avec les habitants de la région : ce cépage blanc, très discret et flegmatique, exprimant dans sa jeunesse surtout l’empreinte du terroir, développe avec le temps une belle complexité toute en finesse. Mais il prend son temps… Jeune, ça donne des vins élégants, délicats et digestes, très appréciés dans le registre de ceux qu’on déguste en famille ou entre amis, sans chichis pour le plaisir de partager un moment convivial. En revanche, ceux qui savent attendre quelques années découvriront des arômes et une profondeur insoupçonnés.

Un des vignerons incontournables de la région pour une découverte du Chasselas se trouve à Cully, petite bourgade historique au bord du lac. C’est ici qu’est né le héros qui a libéré le canton de Vaud des envahisseur bernois : le Major Davel. Et au lieu d’installer une statue à sa mémoire, ils ont planté un beau platane au bord du lac qui porte aujourd’hui fièrement ses 200 ans d’âge, et dont le feuillage permet aux promeneurs de s’abriter de la chaleur et du soleil pour contempler le majestueux paysage, et peut-être même le sommet du Mont Blanc.

 IMG_7323

Le domaine Bovard est une institution à Cully et dans le vignoble vaudois : Louis Philippe Bovard, son propriétaire actuel et pimpant Monsieur de 75 ans, a créé le premier Conservatoire Mondial du Chasselas à Rivaz afin de faire des recherches sur ce cépage et ses 19 variantes. Il vous en parlera avec passion. C’est aussi le premier qui a fait effectuer une analyse détaillée des sols, et donc du terroir, de la région. Un perfectionniste qui cherche des réponses et le meilleur moyen pour mettre en valeur et sauvegarder un patrimoine local de tout premier ordre. Ce qui ne l’empêche point de faire des essais avec des cépages plutôt originaux pour la région, comme le Chenin ou le Sauvignon Blanc par exemple. Mais il considère que la mosaïque du terroir et leur microclimat permet des expérimentations car toutes ne sont pas exclusivement adaptées au Chasselas.

IMG_7772

Sur les 14 vins dégustés de ce domaine, voici mes 3 coups de cœur. Mais notez qu’il travaille tellement bien que tous ses vins sont dignes d’intérêt. Après c’est plutôt une histoire de goût…

*

Médinette – AOC Dézaley Grand Cru – 2012 – blanc

Cépage : 100% Chasselas

Terroir : principalement argilo-calcaire et gravier sur base rocheuse

Culture : intégrée

Cultivé en terrasses surplombant le Lac Léman. Grâce à la pente abrupte, tout est travaillé en manuel.

D’une belle robe citron claire, limpide et brillante aux reflets argentés. Le nez est joliment fruité aux agrumes, franc et ciselé. En bouche il se révèle tout en rondeur, de fraîcheur moyenne et bien construit, un peu brioché, minéral, avec une aromatique fine et élégante, passant de floral et pêche blanche à agrumes plutôt citronnés. Ce vin très bien fait est d’une jeunesse prometteuse et d’une fine complexité qui feront la joie certes de vos apéritifs, mais qui donneront un vin superbe pour accompagner un repas si vous prenez le temps de le laisser vieillir quelques années en cave.

A carafer 30 minutes au moins avant de le servir

Garde : facilement 20 ans

12,5% vol

Accords mets : crustacés, poisson, fromage à pâte dure

Prix : 24,50 CHF à partir du domaine (superbe rapport qualité / prix)

NB : ils vendent des millésimes plus anciens de cette cuvée, qui valent le détour. Dans la série de ceux dégustés, le 2007 et le 1983 étaient tout simplement magnifiques et montrent, chacun à sa manière, que le Chasselas donne un grand vin de garde.

IMG_7726

Wow, quelle étiquette n’est-ce pas ? Bacchus en peau de Léopard. Grrrrrr… C’est sauvage, mais historique : créé en 1905, elle a été inspirée par un neveu de la famille qui, lors de la fête des vignerons à Vevey, s’était transformé en Bacchus des îles. Pas étonnant que cela ait marqué les esprits ! Sur le coup il a été immortalisé.

*

Salix – Chenin Blanc – AOC Saint Saphorin – 2012

Cépage : 100% Chenin Blanc

Terroir : sédiments argileux et gravier

Culture : intégrée

Cultivé en terrasses surplombant le Lac Léman. Grâce à la pente abrupte, tout est travaillé en manuel.

D’une belle robe citron claire, limpide et brillante aux reflets argentés (cette couleur semble être une caractéristique des vins jeunes de cette région). Le nez est très floral, avec des notes de tilleul, fleur d’oranger et même un peu de rose. En bouche beaucoup de fraîcheur, croquant et minéral, avec une aromatique florale, des agrumes, miel d’acacia, pâte d’amande, très pure et avec des notes salines. Un vin harmonieux et très bien fait, qui fait l’été se prolonger dans le verre version suisse.

Pas besoin de carafer, c’est un vin accessible dès l’ouverture de la bouteille.

Garde : 3 à 5 ans selon le vigneron, mais je pense qu’il peut aller facilement jusqu’à 10 ans si vous l’entreposez comme il faut

13% vol

Accords mets : poisson, ratatouille, mets à l’huile d’olive, fromages relevés

Prix : 33,00 CHF à partir du domaine

*

Buxus – Sauvignon – AOC Espesses Grand Cru – 2012

Cépage : 100% Sauvignon Blanc

Terroir : gravier sur roches

Culture : intégrée

Cultivé en terrasses surplombant le Lac Léman. Grâce à la pente abrupte, tout est travaillé en manuel.

D’une belle robe citron claire, limpide et brillante aux reflets argentés (yes, encore une fois). Voici un nez très typique du sauvignon blanc : buis mouillé et agrumes, avec en prime une pointe beurrée. En bouche une fraîcheur moyenne avec une belle aromatique assez intense, agrumes et buis mouillé, pamplemousse, des notes légèrement épicées, de réglisse. Un vin suave, typique, assez fin et de belle facture, qui exhale et surprend avec une jolie longueur en fin de bouche.

Pas besoin de carafer, c’est un vin accessible dès l’ouverture de la bouteille.

Garde : 3 à 5 ans selon le vigneron, mais lui aussi a une structure qui permettra une garde plus longue

13% vol

Accords mets : truffes, currys, foie gras, roquefort, cabillaud à l’huile d’olive & aneth

Prix : 33,00 CHF à partir du domaine

IMG_7742

Tous ces vins sont peut-être difficiles à trouver en magasin en France, mais grâce au progrès et l’Internet vous pouvez les commander directement chez le vigneron, à l’adresse suivante : www.domainebovard.com

Et voilà pour aujourd’hui. À très vite pour la suite avec les romains, les bernois et les vins de la ville de Lausanne. Cheers !

IMG_7481

Catégories :Wine UncoveredTags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :