Des vins de Tonnerre & Epineuil #1 : le vignoble, Céline Côté et Alain Mathias



Tout autour de Chablis, que l’on ne présente plus tellement les vins de cette appellation ont fait le tour du monde (y compris en imitation de tout genre), existe une multitude de petites appellations, beaucoup moins connues, comme Epineuil, Tonnerre, Saint Bris, Vézelay, pour n’en citer que quelques uns. Peut-être que vous en avez déjà entendu parler. Mais avez-vous déjà eu l’occasion de goûter leurs vins ?

Si vous partez à l’aventure comme moi, avec un point de départ à la découverte du vignoble Tonnerrois et d’Epineuil, la bonne adresse à Tonnerre à retenir est : Autour du Pressoir, juste en face de l’Office du Tourisme installé dans l’ancien Hospice de la ville (un peu comme les Hospices de Beaune). C’est une petite cave tenue par une vraie connaisseuse du coin, elle-même ancienne vigneronne, et c’est la seule à proposer un large choix de vins des appellations Tonnerre & Epineuil, avec en prime quelques Chablis et des produits de terroir du coin. Elle pourra vous renseigner facilement et propose en plus, dans une belle salle cosy ou en terrasse en été, de déguster sur place les vins de l’appellation accompagnés en toute simplicité par des produits du terroir (https://www.facebook.com/AutourDuPressoir).

Après une journée à sillonner les environs de Tonnerre et d’Epineuil, je suis arrivée à la conclusion qu’il y a dans ces deux appellations de quoi rendre heureux tout amoureux de vins aux excellents rapports qualité/prix. Bien plus abordables que ceux de leur grand voisin Chablis, ils méritent vraiment le détour. Des vins très bien faits, la plupart du temps à moins de 10€, des vignerons engagés, sympathiques et accessibles. Pleines de bonnes surprises !

Les premiers écrits relatant de la présence de la vigne dans le Tonnerrois datent du 9ème siècle. Depuis, il y a toujours eu de la vigne, jusqu’à ce que le phylloxera n’en fasse qu’une bouchée et mets à genou toute une appellation. Un petit ensemble de parcelles y échappe : situé au village de Bernouil et planté sur un sol argilo-sablonneux, le phylloxera ne le trouve pas à son goût et passe son chemin. Incroyable, mais cela donne des ceps francs de pied presque deux fois centenaires, des petites parcelles qui n’ont jamais été replantées à neuf et dont les pieds qui meurent sont remplacés par marcottage (c’est à dire on plie simplement un rameau, on le plante dans la terre, et ça fait une bouture en directe et un nouveau cep qui naît à côté du cep-mère). Je me demande si ce ne sont pas les plus vieilles vignes de France, ensemble avec celle classée monument historique en 2012 dans le Gers, plus précisément à Sarragachies. Sauf qu’ici on élabore une cuvée exclusive avec, ce qui il me semble n’est pas le cas avec la vigne du Gers. C’est donc un incontournable à goûter, surtout qu’il ne ruinera point votre portefeuille (moins de 10€ la bouteille…).

À part la vigne qui survit à Bernouil, un coin isolé encore aujourd’hui (ces parcelles historiques sont les seules plantées à quelques kilomètres à la ronde), les appellations meurent et leur renaissance ne se fera qu’à la fin du 20ème siècle : Epineuil renaît de ses cendres à partir de la fin des années 1970, avec un classement en AOC dès 1993. Tonnerre mets un peu plus de temps, mais grâce à des personnes dynamiques qui croient en leur terroir, dès la fin des années 1980 on y réimplante la vigne, avec un classement en AOC dès 2006. Des appellations jeunes qui n’ont pas encore eu le temps de prendre la grosse tête et qui sont comme une caverne d’Ali Baba pour les amoureux de vins abordables. Surtout ne cherchez pas d’y retrouver des vins style Chablis : il peut y avoir certaines similitudes, car le terroir est en partie identique, mais ces appellations profitent d’un microclimat et d’une géographie un peu différente, ce qui donne forcément des vins d’un caractère différent. Mais c’est un bien, et c’est même fort bien !

Pour vous y retrouver plus facilement : les vins de l’appellation Bourgogne Tonnerre sont exclusivement des vins blancs, élaborés à partir du cépage Chardonnay comme chez le grand voisin Chablis. Les vins de l’appellation Bourgogne Epineuil sont soit rouges (issu de Pinot Noir), soit rosé (issu de Pinot Noir ou de Pinot Gris). Ils sont donc faciles à reconnaître et à distinguer !

Alors à nous les vignerons visités & les vins dégustés :

Etape 1 : Céline Côté, une femme vigneronne fort sympathique qui travaille en bio

Après une conversation au hasard sur un parking, une sympathique dame du coin m’a recommandé d’aller la voir. C’est une vigneronne connue dans la région, pour ses qualités humaines et la qualité de ses vins. J’avais donc commencé ma journée de dégustation sur ce domaine, et bien m’en a pris. Une très bonne surprise !

Céline est une reconvertie. Elle fait du vin depuis 1999 en Bourgogne, avec au début la reprise des 2ha de ses parents. Aujourd’hui elle a 6ha de vigne. Elle est tombée dedans quand elle a suivi son mari à Bordeaux, où elle a sur le coup étudié la matière plus en détail. D’ailleurs, elle explique qu’à la cave elle utilise des techniques bordelaises pour élaborer ses vins, d’après elle plus douces et adaptées aux raisins obtenus sur ses parcelles (extractions tout en douceur et très peu, voir pas de pigeage, travail sur la réduction pour diminuer l’utilisation de sulfites, etc). Le résultat est vraiment très bien, d’un excellent rapport qualité/prix et le tout certifié bio depuis 2013. Que demander de plus ?

IMG_8987

Bourgogne Tonnerre 2011 : 100% Chardonnay, élevé en cuve

Un joli nez aromatique et floral, une pointe épicée. En bouche une certaine rondeur, simple et aromatique, d’une fraicheur moyenne, avec une fin de bouche longue qui charme. Un vin très équilibré et qui donne envie de se resservir.

Pas besoin de le carafer, la température de service idéale sera 10 à 12°C

A déguster dès maintenant

Garde : 4 à 5 ans

Accord mets : la vigneronne recommande de le servir en apéritif, sur un poisson ou une viande blanche (avec une sauce à la crème par exemple), ou encore un pâté fait maison

Prix : 8,00€ au domaine

*

Bourgogne Tonnerre Barrique 2011 : 100% Chardonnay, élevé 50% en cuve et 50% en fût de chêne de plusieurs vins

Un nez aromatique avec de légères notes boisées discrètes. En bouche le vin se révèle ample et rond, d’une texture gourmande et aromatique, des notes minérales et salines (la signature du terroir), d’une fraicheur moyenne et une jolie fin de bouche qui exhale et montre que ce vin va continuer à se développer dans les 2 à 3 ans à venir.

Vous pouvez le carafer environ 1h, la température de service idéale sera 10 à 12°C

A garder peut-être encore une année avant de le déboucher (2015)

Garde : 4 à 8 ans

Accord mets : la vigneronne recommande de le servir sur un plat au fromages et les fromages frais. J’ajouterais qu’il sera tout aussi bien sur des plats idem à ceux du vin ci-dessus.

Prix : 9,20€ au domaine

*

Bourgogne Rosé 2012 : 100% Pinot Noir, rosé de saigné élevé en cuve

Le nez est discret et rappelle des fruits rouges tels que la framboise et la fraise. En bouche il se montre ample, gourmand, un peu épicé, des arômes simples de fruits rouges, une pointe briochée et une note minérale saline en fin de bouche qui donne un côté un peu original à ce vin. C’est un très joli rosé, qui pourra parfaitement accompagner un repas.

Pas besoin de le carafer, la température de service idéale sera 9 à 12°C

A déguster dès à présent

Garde : 2 à 3 ans

Accord mets : la vigneronne le recommande jeune sur les escargots (grande spécialité bourguignonne) ou des fromages de chèvre frais. Si on le laisse un peu vieillir en cave il sera également un bon compagnon sur une poêlée de champignons par exemple.

Prix : 7,00€ au domaine

*

Bourgogne 2011 Pinot Noir : 100% Pinot Noir, élevé en cuve

Un nez très fruité, de fraise et framboise. En bouche de la fraicheur, des tanins très souples et fins, un peu épicé et fruits rouges, des notes de terre sèche et d’épines de résineux. C’est un vin convivial et de plaisir, droit et simple, à boire jeune, élaboré pour aller sur un grand nombre de plats sans prendre de risque.

Pas besoin de le carafer, la température de service idéale sera 12 à 15°C

A déguster dès à présent

Garde : 3 ans

Accord mets : le vin s’adaptera facilement à vos plats

Prix : 7,00€ au domaine

*

Bourgogne Epineuil 2011 : 100% Pinot Noir, élevé en fût de chêne de plusieurs vins

Ce vin est issu de jeunes vignes plantées en 2008. Céline a choisi avec soin un clone très fin sur un porte-greffe à maturité précoce, pour obtenir un temps de maturation prolongé des raisins dans le vignoble. Ce qui lui permet ensuite de réduire nettement le temps d’extraction et d’éviter l’amertume ou des tanins trop présents par exemple.

Le nez est tout en finesse et fruits rouges. En bouche il se montre frais, croquant et souple, avec une belle structure tout en délicatesse. Une pointe épicée complète l’aromatique de fruits rouges. Un vin élégant avec un superbe rapport qualité/prix.

Pas besoin de le carafer, la température de service idéale sera 12 à 15°C

A déguster dès à présent

Garde : 3 à 8 ans

Accord mets : la vigneronne le recommande sur des viandes rouges ou blanches en sauce, ainsi que du petit gibier

Prix : 9,20€ au domaine

*

Bourgogne Cuvée Julia 2010 : 100% Pinot Noir, élevé en cuve

Ce vin est issu des vignes les plus vieilles du domaine, sachant que la vigne a  été réimplantée dans l’appellation fin des années 1980.

Le nez est entièrement sur les fruits rouges et un peu réduit. En bouche de la fraicheur, un fruité délicat, fraise, framboise, une pointe épicé et de terre sèche, des tanins fins et souples, avec une longueur qui se termine sur une note un peu sanguin. Une belle expression du Pinot Noir d’Epineuil.

A carafer au moins une heure pour lui permettre de s’ouvrir, la température de service idéale sera 12 à 15°C

Idéalement à attendre encore une ou deux années avant de l’ouvrir (2015)

Garde : 4 à 10 ans

Accord mets : la vigneronne le recommande sur de la volaille, charcuterie, des viandes rouges ou des fromages à pâte molle

Prix : 8,00€ au domaine

*

 

Etape 2 : Alain Mathias, un des pionniers de l’appellation qui travaille en bio

Presque voisin de Céline Côté, ce vigneron sympathique m’a spontanément ouvert la Porte alors qu’il n’y avait pas un chat à 10km à la ronde. Il produit aussi bien du vin sur Epineuil que Chablis. Alain Mathias est installé sur la commune d’Epineuil depuis 1982, autant dire qu’il fait partie des pionniers qui ont fait revivre l’appellation. Il a déjà travaillé dans le vin avant de reprendre le domaine, ce qui lui a permis par la suite de ne rien laisser au hasard. Il a même investit dans sa propre machine à vendanger, malgré la taille plutôt réduite de son domaine. Cela lui permet d’avoir un travail adapté à son vignoble et de ne pas être dépendant de facteurs ou d’intervenants extérieurs. Et effectivement, la qualité est bien là !

IMG_8988

*

Chablis 2011 : 100% Chardonnay, élevé en cuve

Le nez est tout discret pour le moment, en bouche par contre il est bien plus expressif : jolie rondeur et de fraîcheur moyenne, ce vin est minéral avec des notes de fruits blancs, de miel, d’agrumes, une pointe de cire de bougie. Joliment construit, il exhale et a une belle longueur en fin de bouche. C’est un Chablis modèle et qui de plus est abordable !

Vous pouvez le carafer environ 1h, la température de service idéale sera 10 à 12°C

A garder peut-être encore une année avant de le déboucher (2015)

Garde : 4 à 10 ans

Accord mets : le vigneron propose, tout en donnant la recette sur son site, de le servir par exemple sur une Noix Saint Jacques. A bon entendeur !

Prix : 9,00€ au domaine

 *

Bourgogne Tonnerre 2012 Côte de Grisey : 100% Chardonnay, élevé en cuve

La Côte de Grisey est un terroir exceptionnel, avec 38% de pente et un sol pauvre. Sa situation lui confère un microclimat très particulier avec une flore unique (y compris des cigales pourtant pas trop habituées aux latitudes aussi nordiques). Vous l’auriez compris : il fait un peu plus chaud qu’ailleurs, ce qui permets d’obtenir plus facilement une belle maturité des raisins, contrairement au restant de l’appellation. Alain n’hésite d’ailleurs pas à faire remarquer avec fierté que dans la classification générale des vins de A.JULLIEN en 1832, les vins blancs des Grisey sont situés en première classe et comparés aux premières cuvées de Meursault.

Le nez est très discret, en bouche il exprime une belle minéralité un peu saline, d’agrumes et de zeste, avec une belle longueur aux notes légèrement épicées. C’est un vin très bien fait d’une certaine complexité, qui s’exprimera bien plus avec le temps. Pour le moment il est encore tout en timidité. Laissez lui le temps de grandir dans un coin de votre cave.

A garder peut-être encore deux/trois années avant de le déboucher (2016)

Vous pouvez le carafer environ 1h, la température de service idéale sera 10 à 12°C

Garde : 5 à 12 ans

Accord mets : je recommande de le servir sur un plat au fromages, les fromages frais ou de type gruyère, sur un poisson ou une viande blanche avec une sauce à la crème par exemple

Prix : 8,50€ au domaine

*

Bourgogne Rosé 2012 : 100% Pinot Noir, rosé de presse pour ce millésime, élevé en cuve

Le nez est enjoué mais un peu réduit. En bouche de notes de miel, de bonbon, de fruits rouges, une aromatique simple et enjouée, avec une note un peu saline. Un rosé très agréable et simple d’approche, à partager entre amis.

Pas besoin de le carafer, la température de service idéale sera 9 à 12°C

A déguster dès à présent

Garde : 2 à 3 ans

Accord mets : le vigneron le recommande en apéritif, sur les entrées ou charcuteries, ou comme compagnon de vos soirées pizza !

Prix : 6,50€ au domaine

*

Bourgogne Epineuil Rouge 2012 : 100% Pinot Noir, élevé 1/3 en fût de plusieurs vins et 2/3 en cuve

Le nez reste très discret pour le moment, en bouche il est fruité et montre un côté un peu plus concentré, avec des notes épicées et de terre sèche, pas encore très expressif mais d’une belle fraîcheur désaltérante. Un vin qu’il faut attendre encore un peu avant de pouvoir l’apprécier à sa juste valeur.

A garder peut-être encore un peu avant de le déboucher (2015), sinon le carafer au moins 1 heure

La température de service idéale sera 14 à 16°C

Garde : 4 à 10 ans

Accord mets : je le recommande sur des viandes rouges ou blanches en sauce, ainsi que du petit gibier

Prix : 8,00€ au domaine

*

Bourgogne Epineuil Rouge 2011 Côte de Grisey : 100% Pinot Noir, élevé 100% en fût de chêne de

Le nez reste discret pour le moment sur ce vin également, en bouche il est frais et joliment fruité, fraise, framboise, myrtilles, des notes épicés et d’épines de pin, une pointe de terre sèche, de violette, qui se termine tout en longueur sur un fruité intense.

Un vin superbe qui commence tout juste à monter de quoi il est capable.

A garder peut-être encore un peu avant de le déboucher (2015),

A carafer pendant 1 heure, la température de service idéale sera 14 à 16°C

Garde : 5 à 15 ans

Accord mets : comme pour le vin précédent, je le recommande sur des viandes rouges ou blanches en sauce, ainsi que du petit gibier

Prix : 10,50€ au domaine

*

*

Conclusion

Ces deux vignerons travaillent vraiment admirablement bien et en bio (ce qui ne va pas forcément de paire, contrairement à ce que l’on veut bien faire croire au consommateur), et leurs vins sont assurément à recommander, avec un rapport qualité/prix plus qu’intéressant. Ils font parti des valeurs sûres des appellations Tonnerre et Epineuil.

Les infos pratiques, pour leur rendre visite ou bien commander leurs vins :

http://www.domainealainmathias.com

http://www.celinecote.com

Pour en savoir plus sur les appellations et des infos utiles : http://www.vins-bourgogne.fr et http://www.tourisme-tonnerre.fr

Dans quelques jours, la suite des aventures avec le Domaine de l’Abbaye du Petit Quincy, le Domaine du Petit Béru et le Domaine du Fournillon avec sa fameuse cuvée de très très vieilles vignes francs de pieds de Chardonnay.

Cheers !

 

Publicités
Catégories :Les Meilleures Adresses, Wine UncoveredTags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 commentaires

  1. Excellent. Je me suis souvent baladé par là-bas ces dernières années, j’ai goûté, acheté des rosés d’Epineuil charmants, paysans, simples comme on aime, sans étiquette même. Je ne connais pas ces deux stars locales, mais j’ai envie d’y retourner « pour voir ». Le papier est très intéressant car à la fois très fouillé (comme on dit), précis, scrupuleux, et humble; honnête à n’en pas douter une seconde. Il rend ces vins « de peu » encore plus touchants, car ils caressent la notion (en voie de disparition) de vérité. Et on y croit, on y est. On a envie d’y filer illico presto.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :