Vins de la vallée du Rhône #1 : Châteauneuf-du-Pape – Alléluia



Qui ne rêve pas de découvrir une aussi complexe appellation avec une personne d’expérience pour vous la faire partager ? Parfois le hasard fait bien les choses, et suite à un heureux concours de circonstances, j’ai pu me glisser dans la valise de Michel Bettane et l’accompagner dans ses dégustations et rencontres pendant 4 jours. Quel bonheur pour une bloggeuse en herbe ! Pouvoir voir de près comment un critique d’une telle envergure travaille est une grande leçon et permet de grandir. Et de comprendre que c’est du boulot, une bonne dose de curiosité, et surtout un travail d’écoute sans jugement : écoute du vin dans le verre, écoute du vigneron qui l’a élaboré, écoute des acteurs locaux qui défendent leur appellation avec toutes les contraintes que cela inclut, écoute du terroir qui n’est pas juste un simple paysage à contempler. Puis la retranscription fidèle de tout cela dans des notes de dégustation, ce qui requiert de la mémoire et l’humilité de laisser le vin au premier plan, car c’est lui la star !

Alors, comment s’organise un tel séjour pour un pro comme Michel Bettane ? Voilà une esquisse, aussi fidèle que possible, truffée de quelques notes de dégustation et autres agréments intéressants à partager.

Bonne lecture !

Jour 1 : réapprendre les bases…

Après l’arrivée la veille et une bonne dose de sommeil, je saute dans la voiture en fin de matinée, le soleil dans le ciel, et après une heure de zigzag à travers la vigne de diverses appellations voilà enfin le vignoble de Châteauneuf devant moi, côté Courthezon. Le trac me gagne, car c’est tout de même pas une mince affaire de débarquer de nulle part pour déguster avec le plus grand critique français.

IMG_9482

Je traverse les collines, non loin des domaines de Nalys et de Rayas, pour redescendre sur le village. Les restes du château se dressent fièrement sur la colline et se découpent contre le ciel bleu. Les températures printanières ont mis les amandiers en fleurs et la nature montre des signes évidents de réveil après une pas si longue période d’hibernation.

IMG_9494

Partout on voit les hommes et les femmes dans la vigne, tailler et préparer les ceps pour un nouveau millésime qu’on espère moins compliqué que les trois précédents. Cependant, les giboulées de mars ne sont pas encore passées, ni la Sainte Glace. Alors croisez les doigts avec moi, car un gel tardif sera désastreux à ce stade.

Arrivée à la Fédération des Syndicats des Producteurs de Châteauneuf-du-Pape, qui regroupe trois des quatre syndicats de l’appellation et qui est dirigé par le dynamique et fort sympathique Michel Blanc. Il n’a pas un poste facile, car il n’y a non seulement le vin, mais aussi cette fichue politique qui s’en mêle. Alors au lieu de se serrer les coudes dans un contexte commercial et économique plutôt compliqué en ce moment, puis de se fédérer sous une seule et même enseigne comme une grande famille (ce qu’ils sont en réalité), certains jouent bande à part en se regroupant sous une deuxième Fédération (pour de bonnes ou de mauvaises raisons, qui ne sont pas à moi de juger). Ce qui est marrant est que selon l’adhésion ou pas des vignerons à un de ces organismes, on les nomme les ni, les ni-ni, ou les ni-ni-ni… Je vous laisserais creuser sur place qui est qui (dont un, on vient de me l’apprendre, qui aurait rejoint le giron de la Fédération des Syndicats). Un petit challenge, comme un jeu de pistes !

Je suis en avance et le déjeuner de Michel a pris du retard. Normal, tout le monde veut le voir. Antoine Petrus, sommelier et directeur de Lasserre, nous rejoint. Il fait partie de l’équipe de Michel et participe activement à l’élaboration du guide Bettane & Desseauve. Tout comme Amy Lillard, vigneronne installée sur la région, au palais fin et caractère bien affirmé. Finalement nous sommes au grand complet. La dégustation commence et nous goûtons environ 150 vins en moins de quatre heures, les millésimes 2011 et 2012, en blanc et rouge. Des vins jeunes, dont un grand nombre sont encore en cours d’élevage. Sportif. Ici pas question de se la jouer indestructible et de tout avaler, comme j’ai vu certains le faire lors d’autres dégustations. Si on veut aller loin dans le métier, une discipline sans faille est de rigueur. Sinon, on finit sous le comptoir d’abord, et sous terre ensuite.

Chaque vin est rigoureusement examiné, d’abord son nez, ensuite en bouche, recraché, puis noté. Les uns prennent les notes à l’ancienne dans un carnet, les autres sur ordinateur. Mon carnet se remplit à vitesse de lumière, mes sens se brouillent, et je suis perdue. Ces vins ne goûtent pas comme d’habitude : il y a surtout la structure et la texture, pas encore l’aromatique ou seulement en ébauche. J’apprends que c’est normal. Les vins de l’appellation sont complexes de par leur assemblage, dont généralement une majorité de Grenache. Lors de leur élevage, ils passent par le stade de construction des murs porteurs en quelque sorte, comme la construction d’une maison. Et une fois que la bâtisse est achevée, s’ajoutent les arômes en guise de décoration. Chaque vigneron construit une maison différente. Les uns l’aiment démonstratifs, les autres discrets, les troisièmes délicats, ou encore nature, etc… Projeter ces vins dans le futur n’est pas une mince affaire. C’est tout l’art de Michel, qui a cette vision, l’expérience, la connaissance et la mémoire dans le temps. Je me fais toute petite derrière mon carnet et ouvre grand mes oreilles et mes papilles.

Ça y est, la dernière bouteille de la journée est dégustée. Conclusion : 2011 et 2012 sont de beaux millésimes. Il y a un nombre impressionnant de vignerons qui ont fait du bon boulot, alors que les conditions n’étaient pas les plus simples. À bon entendeur !

Haha, vous croyez que la journée se termine là, les pieds en éventail ? Que nenni. Au programme, dîner avec quelques vignerons de l’appellation, dégustation comprise bien entendu ! Rendez-vous à La Garbure, un des rares restaurants de Châteauneuf-du-Pape ouverts en cette saison. En fait, ce village est vraiment très très très tranquille : à partir de 20h il n’y a quasi plus que les chats qui errent dans les ruelles. Assez étonnant, sa renommée laisserait supposer que cela en soit autrement. Peut-être un jour viendra…

Au cours des discussions et échanges animés entre Michel et les vignerons il transparaît clairement que le respect mutuel règne entre eux. Michel a une connaissance encyclopédique de l’appellation, y compris de l’envers du décors. Sur le coup les discussions sont franches, drôles et intéressantes. Finalement la journée se termine à minuit, tout le monde dors sur place, sauf moi qui doit pendant une heure traverser le vignoble du Rhône Sud pour retrouver mon bercail. Leçons numéro deux de la journée : la prochaine fois je prendrais un hébergement sur place (ça me ferait deux heures de sommeil en plus, détail non négligeable…) !

PS : pour éviter tout malentendu – tout le monde veille à ce que les personnes qui conduisent ne boivent pas. J’ai certes une éducation allemande, mais le bon sens de tout être humain responsable et amoureux de la vie devrait faire pareil !

*

Coup de cœur du premier jour :

Le Mas Saint Louis, avec des vins d’une grande finesse, de beaux tanins soyeux et une aromatique délicate. Leurs 2011 sont superbes ! Si vous arrivez à en dégoter, n’hésitez pas une seconde. Cerise sur le gâteaux : contrairement à d’autres, ils ont des tarifs tout doux (du moins pour le moment) compris entre 15€ et 27€.

*

Châteauneuf-du-Pape en quelques chiffres :

  • 13 cépages autorisés : Grenache (noir, gris, blanc), Syrah, Mourvèdre, Cinsault, Clairette (blanche, rose),  Vaccarèse, Bourboulenc, Roussanne, Counoise, Muscardin, Picpoul (blanc, gris, noir), Picardan, Terret noir
  • 95% est vinifié en rouge, 5% en blanc
  • 5% seulement sont vinifiés en cave coopérative
  • Le terroir s’étend sur une colline de roche calcaire, culminant à 120m d’altitude. Sa surface est couverte majoritairement d’un sol d’argile rouge, ou bien sableux ou argilo-sablonneux. Sa vraie particularité sont les fameux galets roulés.IMG_9587 À certains endroits où ces galets sont moins présents, ont été introduits des pierres de roche calcaire. On les distingue facilement d’ailleurs : les galets roules sont le plus souvent de couleur ocre et tout potelés en rondeur, pendant que les pierres de roche calcaires sont blanc/gris et anguleux. IMG_9591Pas possible de tricher : l’original et la copie quoi.
  • Taille du vignoble : environ 3200 hectares, répartis sur 5 communes
  • Il y existent 4 Syndicats, mais une seule Fédération
  • AOC depuis le 15 mai 1936 (le dossier a été initié en 1923…)
  • Ancienneté du vignoble : probablement fondé à l’époque gallo-romaine, on en trouve les premières traces écrites en 1157
  • Production moyenne par an : entre 90.000 hl et 105.000 hl, selon les conditions du millésime
  • Rendement moyen : 31hl/ha
  • Commercialisation annuelle : autour de 14 millions de bouteilles en moyenne
  • Sont considérés comme très bons millésimes en rouge : 1929, 1943, 1945, 1947, 1949, 1961, 1978, 1985, 1988, 1989, 1990, 1995, 1998, 2000, 2001, 2005, 2007, 2009, 2010, 2011 et 2012

*

Petit moment d’histoire : Les Papes, installés à Avignon dès le 14ème siècle et donc géographiquement très proches, aimaient la bonne chaire et les boissons qui allaient avec. Toute la région autour du Palais des Papes a donc servi à un moment ou un autre en quelque sorte comme potager. Fallait bien sustenter tout ce beau monde. Le breuvage divin produit à Châteauneuf-du-Pape en faisait partie, et le fait d’être servi à la table du Pape (sous le statut officiel « Vin du Pape » s’il vous plaît!) lui a assuré sa réputation et un commerce florissant. Le Château de ce petit village, construit au 14eme siècle par le Pape Jean XXII, servait d’ailleurs à la cour ecclésiastique comme résidence d’été. Avec une vue pareille, ce n’est point étonnant !

IMG_9487

La conclusion : le vin de Châteauneuf-du-Pape ? Un vrai nectar divin, au sens propre comme au figuré. Ne vous étonnez pas qu’en le dégustant vous vous sentiez pousser des ailes. Alléluia !

La suite des aventures dans quelques jours !

IMG_9463

Publicités
Catégories :Wine UncoveredTags:, , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :