Vins de la Vallée du Rhône #3 : Domaine du Banneret, un petit trésor caché à Châteauneuf-du-Pape



Pendant mes pérégrinations dans les vignobles à la recherche de trésors cachés, je suis tombée dans le piège merveilleux du Domaine du Banneret(1), propriété de la famille Vidal et minuscule ovni de seulement 3,5ha dans la prestigieuse appellation de Châteauneuf-du-Pape. Leur nectar rouge m’a surpris, ému, épaté les papilles et mes sens. Tout en délicatesse et équilibre. Une profondeur et un plaisir de dégustation à fermer les yeux et se mettre à rêver, souriant devant un verre de rouge dans la pénombre d’un caveau. Un gros coup de cœur. Pour ensuite repartir avec (seulement) deux bouteilles, précieusement gardées pour les partager entre amis.

IMG_5721

Ce n’était pas ma seule expérience de ce genre à Châteauneuf. Force est de constater qu’il y a de vrais jardins secrets, et on passe facilement, malheureusement trop souvent, à côté. Et bien, c’est fort dommage. Car ces domaines sont trop petits pour briller de tout feu, ou tout simplement ce n’est pas dans leur nature. Il faut alors faire preuve de beaucoup de curiosité, pousser des portes et se promener pour les dénicher.

Pour ce qui est du Domaine du Banneret, je crois que leur secret réside notamment dans le fait qu‘ils n’ont jamais voulu faire grand. Même leur caveau est tout petit, creusé dans la colline du village. Propriété familiale depuis le début du 15ème siècle, ils produisent un Châteauneuf comme d’antan, avec les 13 cépages autorisés(2) de l’appellation, rouges et blancs, le tout réuni en une seule cuvée rouge. Une rareté aujourd’hui.

IMG_5722

Pourtant, les tentations ont dû être grandes, vu la réputation de l’appellation et la valeur du foncier notamment. De quoi créer des aspirations à transformer les terres en monnaie sonnante et trébuchante. Fort heureusement pour nous ce n’était point le cas. La famille Bertet, dont la famille Vidal est descendant direct, possédaient leur propre petit vignoble, comme beaucoup d’autres familles notables de l’époque. C’était une coutume répandue à la fin du Moyen Âge. Les terres n’étaient d’ailleurs pas uniquement réservées à la viticulture, permettant la production d’un breuvage potable (l’eau à l’époque était impropre à la consommation), mais aussi à la polyculture tout en servant également de villégiature. La monoculture du vin est une notion relativement tardive, née pendant la période de la révolution industrielle.

La famille Vidal cultive ses 8 parcelles sur 3,5ha manuellement, avec beaucoup de respect et d’amour. En 1989, à l’âge de 50 ans, Jean-Claude, architecte de formation, a repris le domaine, un choix qu’il n’a jamais regretté. Pour son père, malheureusement décédé aujourd’hui, le vin était comme la musique : pour en percevoir toutes les subtilités, il fallait savoir l’écouter. Je trouve ça beau et juste comme observation. Mais revenons à nos moutons. Les différentes parcelles sont pour la plupart complantées et travaillées en viticulture très très raisonnée, plus proche du bio qu’autre chose. La moyenne d’âge des pieds de vigne est de 70 ans, avec certains qui approchent un âge bien plus vénérable. Si un cep venait à mourir, Jean-Claude préfère, si possible, le faire renaître avec une sélection massale, pour maintenir la diversité, qualité et surtout la typicité de ce qui compose leur cuvée. Le rendement est parfaitement maîtrisé à environ 22hl/ha, très bas pour l’appellation, mais assurant ainsi une qualité leur permettant de produire un grand vin avec une belle régularité. La production est toute petite, d’à peine 10.000 bouteilles par millésime.

IMG_5724

Pour la vinification, il est épaulé par Serge Mouriesse, œnologue vraiment discret mais également vraiment doué, qui fait aussi des merveilles ailleurs, comme au Mas Saint Louis par exemple, autre bijou de l’appellation. Au Domaine du Banneret on ne travaille qu’avec des levures indigènes et on préfère les extractions douces. Tous les cépages sont vinifiés ensemble, afin de permettre dès la fermentation alcoolique de créer l’harmonie. Effectivement, les qualités des différentes variétés s’expriment autrement si on leur permet de se mettre au diapason dès le départ. Puis sont favorisés les élevages longs de 24 mois au minimum. Les vieux foudres ont été remplacés par des barriques, dont quelques neuves qui ne sont utilisées qu’avec parcimonie. Selon le millésime, elles servent surtout à aider le vin à se construire et s’épanouir, et non pas à ajouter des arômes. L’assemblage final naît de la mosaïque des différentes barriques pour créer un seul grand vin par millésime. La famille est également en train d’agrandir le chai pour pouvoir élever les vins plus longuement, avant de les assembler et les mettre en vente. Une vraie démarche patiente qui ne vise pas la satisfaction d’un marché trop souvent habitué à consommer des vins qui ne sont même pas encore sortis de leur adolescence. Leur but est de vendre le vin quand il est prêt, épanoui et harmonieux.

IMG_9599

À présent Jean-Claude est en train de passer la main à sa fille Audrey. Une tête bien faite, communicative et blogueuse, les pieds sur terre, elle a grandi dans la vigne familiale, avant de s’expatrier pendant 10 ans en Italie. Mais l’appel de ses racines et son amour pour le terroir familial l’ont fait revenir pour reprendre le flambeau et parfaire avec son père ses connaissances en viticulture et vinification. Je dois dire qu’il est encourageant de voir que, malgré tout le travail et les difficultés que cela implique, les jeunes générations ont le courage et la détermination de continuer à faire pousser les graines plantées par leurs parents. Merci Audrey. Chapeau !

IMG_5720

Voici un petit tour d’horizon de deux des millésimes dégustés :

Domaine du Banneret – Châteauneuf-du-Pape 2011 – rouge – 14,5% alc – environ 40€

Ce vin peint sur vos papilles un tableau qui m’a fait penser à Le Douanier Rousseau. Délicat, avec un trait tout en finesse, mystérieux, il dévoile petit à petit sa nature, sans pourtant tout montrer, tout en gardant une belle profondeur en réserve. Et pour cause, il est encore très jeune. Une aromatique fraîche et complexe se dessine et évoque des arômes floraux et fruités, avec des notes de pivoine, poivron, réglisse et cerise notamment, légèrement épicé. Portée par une structure subtile et élégante, l’ampleur aromatique se construit en dentelle, se terminant sur une belle longueur en bouche. C’est déjà complexe et va encore gagner en dimensions dans les années à venir.

2015 – 2030 (au moins)

À carafer

17,5/20

*****

Domaine du Banneret – Châteauneuf-du-Pape 2009 – rouge– 14,5% alc – environ 60€

Un beau millésime, qui a vu un temps très clément, permettant d’obtenir une maturité idéale des raisins et complète de la rafle. Vinifié donc en grappes entières, non filtré et non collé, en résulte un vin au caractère chaleureux, tout en gardant finesse et fraîcheur. Les arômes de cerises noires, myrtilles et framboises laissent deviner un fruit gorgé de soleil, mature, intense, presque un peu pâte de fruit, sans oublier la réglisse et les notes épicées si caractéristiques pour le Grenache. Il y a du corps, des tanins soyeux et une mâche fine, comme du velours sur le palais. Un vin profond, complexe, équilibré, qui exhale pour construire une belle dimension généreuse et aromatique en bouche.

Comme le 2011, il va encore se complexifier et gagner en dimensions avec le temps.

2015 – 2030 (au moins)

À carafer

17,5/20

*****

En conclusion : un petit bijoux de domaine familial et parfait exemple d’une préservation réussi des traditions presque oubliées de Châteauneuf-du-Pape. À déguster et découvrir sans hésitation.

Cheers !

*****

(1) Je remercie Michel Bettane de me les avoir fait découvrir initialement, puis la famille Vidal de m’avoir si gentiment reçu par la suite.

(2) L’encépagement du Domaine du Banneret est : Grenache Noir (60%) et un peu de Grenache blanc, Mourvèdre (10%), Syrah (10%), Muscardin, Vaccarèse, Terret Noir, Cinsault, Picpoul Noir, Counoise, Clairette (rose et blanche), Bourboulenc, Roussanne et Picardan.

 IMG_9601

IMG_9604

Publicités
Catégories :Wine UncoveredTags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :