Lectures – Vin, Gloire & Bonté



Vin, Gloire & Bonté, nouvelle parution sur Bordeaux version BD, édité par Glénat. Déjà le titre annonce la couleur de cette histoire pourtant dessiné en noir & blanc : une intrigue se jouant dans la haute bordelaise dans laquelle s’infiltre une journaliste de la haute parisienne. La quatrième de couverture nous annonce  » l’occasion de découvrir avec humour l’univers élitiste du vin ».

IMG_4841

Annabelle, notre héroïne, est journaliste dans un gros hebdo appartenant à son papa. À côté de ça, elle est aussi un cliché ambulant de la parisienne avec tout ce qu’elle a de plus aimable : arrogante, matérialiste, dépressive, impertinente et tellement jolie que tout le monde veut se la faire.

IMG_4845

Les bordelais ne sont pas en reste : snobs, médisants, antipathiques et arriérés, tout sourire devant et couteau tiré dans le dos. Ouah, vive le bordelais.

IMG_4844

L’histoire ? Les 3 mois d’initiation d’Annabelle au monde du vin et à la dégustation, dessinés sur 135 pages, le tout précédé d’un mot innocent de la part de Bernard Magrez faisant quelques morts au passage. Ce « roman » graphique aux allures ironiques se déroule devant nos yeux comme une collection de « vérités », enfin, c’est ce qui est écrit dans la préface.

IMG_4843

Rien que ça. Avec une fin d’histoire digne du meilleur roman à l’eau de rose. Car Annabelle, après avoir survécu 3 mois durant aux mégères et autres requins impitoyables du bord de la Gironde, tombe dans les bras d’un bellâtre richissime dont une des qualités est de posséder une Patek. Un homme de goût quoi.

IMG_4846

Quelques moments d’éclaircies font sourire, quand par exemple est évoqué la relation amour-haine des propriétaires avec les journalistes. Mais comme toute éclaircie, cela reste passager et aléatoire.

Le trait de Guiseppe Liotti est expressif et le graphisme beau, rien à redire. Isabelle Bunisset par contre devrait réétudier le registre de la « satire sociale », car à force de servir des stéréotypes mesquins dans presque chaque bulle on s’en lasse et ça devient vite indigeste. Le recul et l’humour, je les ai cherché en vain chez cette docteur ès lettres, critique littéraire au journal Sud Ouest et chroniqueuse viticole au Figaro Magazine. Mais peut-être que l’humour allemand ne m’a pas permis de saisir sa finesse d’esprit. De plus, elle n’est point à son premier essai, ayant déjà publié Michel Rolland, le gourou du vin (que j’ai lu mais trouvé un peu superficiel) et Le Cannelé, ce mystère nommé désir (que je lirais volontiers par contre).

Bref, par conscience professionnelle j’ai lu Vin, Gloire & Bonté jusqu’au bout, mais il m’a fallu un café bien corsé et une vieille prune pour garder le moral. Dommage !

Cependant, je vous invite tout de même à feuilleter l’ouvrage qui vient tout juste de paraître et de vous faire votre propre opinion. Après tout, mon avis n’est qu’un seul parmi tant d’autres. Et tant mieux si vous n’êtes pas d’accord avec moi.

Cheers !

Vin, Gloire & Bonté / Éditions Glénat / ISBN 978-2-7234-9858-6 / Prix public : 19,50€

IMG_4839

Catégories :Culture & Vin, Wine UncoveredTags:, , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :