À lire et à boire – Sôseki ou l’invitation à la contemplation



J’aime lire. Depuis longtemps. Ma bibliothèque déborde et ne cesse de se remplir. Les reliures m’observent depuis l’étagère et sont autant d’invitations au voyage, à la découverte d’univers parfois riches comme une peinture de Rembrandt, parfois sobres comme une calligraphie japonaise, parfois sombres comme Bacon, parfois poétiques comme Dali. Et parfois comme un vin.

En ce moment le tour de rôle est à Sôseki, que je trimballe partout avec moi, dans le bus, dans le métro, sur mon canapé. Cet auteur japonais, considéré comme un des plus brillants du début du XXème siècle, m’avais déjà enchanté avec son livre « Je suis un chat », écrit dans un style révolutionnaire pour l’époque (au Japon du moins) car narré entièrement du point de vue d’un chat, philosophe, désinvolte et blasé, qui observe son maître avec beaucoup de lucidité et de sagesse, mais qui finit par mourir, comble de l’ironie, d’une overdose de bière (qui était très certainement une version précoce de la bière delirium tremens, version hara-kiri).

img_0535

Toutefois, en ce moment mon esprit se repose sur un « Oreiller d’herbes », l’histoire d’un peintre qui se retire dans les montagnes pour retrouver la paix et l’inspiration. Ce livre est un enchantement. L’écriture est singulière, car Sôseki l’a conçu comme un roman-haïku, une forme d’écriture novatrice qui peint, compose et conte, éveillant l’imaginaire avec le bout de sa plume. À la fois impressionniste, drôle, touchant, nostalgique, léger, profond, complexe, évident. Au fil des pages se dessine un univers délicat et nuancé, reproduisant avec une justesse déconcertante le paysage changeant et raffiné de la campagne et de la culture japonaise de l’ère Meiji. Une lecture comme un vent frais et printanier qui rosit les joues et rafraîchit l’esprit.

Puis cela m’est venu comme une évidence : si ce livre était un vin, il sera le Tertre-Roteboeuf de la famille Mitjaville. Pourquoi cette analogie ? Parce que les deux cultivent. Parce que tel que le livre, ce vin dessine un univers chatoyant, poétique, nuancé, profond, frais, complexe, contemplatif, tout en restant parfaitement ancré dans la réalité des choses.

Aussi bien le livre que le vin ont été écrits par des hommes très cultivés, n’hésitant pas à rompre avec les codes établis pour emprunter un chemin bien à eux. Leurs univers respectifs se dégustent en prenant son temps. Hâter son pas reviendrait à marcher à l’aveugle et de passer à côté. Les deux sont une invitation au voyage, à arrêter le temps, à s’asseoir, à faire sonner la cloche du temple pour réveiller l’enfant émerveillé qui dort en chacun de nous. Quelle merveille.

hipstamaticphoto-499552858-096792

Auteur : Sôseki

Titre : Oreiller d’herbes

Version poche, traduit du japonais par René de Ceccatty et Ryôji Nakamura (leur travail est remarquable !!!)

Éditeur : Rivages

ISBN : 978-2-86930-245-7

Prix : 7,65€

*****

Château Tertre Roteboeuf

1 Tertre / 33330 Saint Laurent des Combes

Sur rendez-vous seulement

contact@tertre-roteboeuf.com

Prix : de 120€ à 260€ (voir plus) selon le millésime

Catégories :Culture & Vin, Wine UncoveredTags:, , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :