Domaine Odinstal – Cœur et Âme



Bien que situé sur un des plus beaux terroirs du Palatinat, il fallait être un peu fou pour acquérir en 1998 ce petit domaine datant du début du 19ème siècle. La magnifique demeure bourgeoise était en état de vétusté avancée, sans eau courante ni électricité, sans cave ni route véritablement carrossable.

Entouré de forêts, de champs et de vignes, cet écrin authentique, niché à 350m d’altitude sur le cône d’un ancien volcan, faisait sa Belle au Bois Dormant jusqu’au coup de foudre de Thomas Hensel et de son épouse Ute. Depuis, le domaine a retrouvé sa splendeur, restauré et remis en état avec la philosophie de le préserver et de mettre en valeur sa beauté singulière.

Un jeu de cartes qui change la donne

Quand, au début du 19ème siècle, Johan Ludwig Wolf, maire de la ville de Wachenheim, se met à la recherche d’un « sol rouge » pour y planter de la vigne, il déniche un petit coin perché au-dessus du village et dont le sol volcanique lui semble parfait. La forêt laisse place aux premières vignes et aux pâturages, la villa est construite et devient son havre de paix pour les week-ends. L’histoire veut qu’il ait perdu le domaine au jeu de cartes, heureusement à un vigneron du coin qui a continué à cultiver la vigne et les prairies.

Bien que la maison ne fût plus véritablement habitée, la propriété a toujours été gérée en harmonie avec la nature, sans engrais ni produits de synthèse. Alors, en plus de la vigne, un trésor naturel est né : les fameuses « prairies maigres », d’une biodiversité incroyablement riche contrairement à ce que le nom pourrait évoquer, et qui servent de pâturage encore aujourd’hui à quelques chanceux bovins qui finissent leur vie sur l’étalage du meilleur boucher du village et du Palatinat, la Metzgerei Hambel (si vous passez par là, une halte s’impose).

La nature est roi

Quand en 1998 Thomas Hensel acquiert le domaine, tout est à refaire. Il restaure la demeure petit à petit, la raccorde à l’eau et à l’électricité, fait construire une route pour pouvoir y accéder plus facilement. Sinon, il ne change surtout rien pour préserver l’authenticité du lieu. D’ailleurs, la maison ne dispose que d’une toute petite cave voûtée pour la vinification. Pas de hangars, pas de chai contemporain. La nature est roi. Juste une tente éphémère qui se monte à l’ombre d’un arbre jouxtant la maison pendant la réception de vendange.

Le vignoble, conduit en bio depuis sa plantation initiale et bichonné en biodynamie depuis 2006, est organisé en terrasses entourées de forêt, longeant l’impressionnant cratère du volcan. Ses parois étroites plongent dans un lac constitué naturellement d’eau de pluie et dévoilent une géologie complexe, parfait miroir du terroir exceptionnel du domaine.

Basalte, grès jaune, calcaire lacustre et « keuper » se relaient, permettant de vinifier des nectars aux caractères bien distincts. Grâce à l’altitude et la proximité de la forêt, le climat frais privilégie les cépages blancs, notamment le Riesling capable de refléter dans les moindres nuances sa symbiose avec le sol.

Mais tout ce beau terroir ne serait rien sans la main de l’Homme. Et ici, les deux communiquent cœur et âme.

IMG_5463

« Les grands vins naissent avec la nature, et non pas contre nature »

En 2004, Thomas Hensel embauche Andreas Schumann, technicien cartésien talentueux et très investi. La culture de la vigne continue sa suite logique jusqu’en 2006. Alors, une terrible averse de grêle détruit la quasi totalité du feuillage. Complètement désarçonné, ne sachant comment répondre à cette catastrophe, il demande de l’aide à Georg Meissner, un des grands spécialistes de la biodynamie. Pour un esprit aussi scientifique que celui d’Andreas c‘était une sorte de folie, une révolution née d’un sentiment d’impuissance totale.

Il n’y croyait pas du tout, mais essayer était mieux que de ne rien faire.

L’application des préparations prescrites, à base de bouse de corne et d’ortie, a eu un effet tellement bénéfique sur la vigne qu’Andreas a revue sa conception de la biodynamie, jusque-là observé avec une certaine méfiance. Après tout, considérer une ferme comme un organisme vivant ne fait pas tellement partie de notre société moderne, et encore moins la conception qu’un traitement homéopathique puisse avoir un réel effet bénéfique sur une vigne en souffrance totale.

Une intense période de réflexion s’en ait suivi, résultant en un remaniement complet de la gestion du domaine, passant en biodynamie aujourd’hui certifiée Demeter. Depuis, le compost est devenu l’ancrage de la culture, le cœur central nourri par la vigne, la maison, les pâturages, la forêt. Sans mentionner que tous les ingrédients nécessaires aux préparations biodynamiques viennent, à deux exceptions près, des terres entourant la maison. C’est l’avantage d’une nature laissée intacte : on a tous ce qu’il faut à portée de main.

Puis, il suffit d’entendre parler Susan à cœur ouvert (elle est le bras droit d’Andreas) pour comprendre qu’une constante et salutaire remise en question fait partie intégrante de la vie de tous les jours. Et ce sans renier les pratiques contemporaines. L’observation de la nature, telle que pratiquée par les anciens, a retrouvé sa place dans une vision à la fois moderne, enracinée, philosophique, profondément humaine et humble.

Car les grands vins naissent avec la nature, et non pas contre nature.

IMG_5465

Jeunesse amoureuse, droiture ciselée, énergie souterraine

Ce qui est fabuleux, c’est que chaque cuvée exprime avec une pureté déconcertante la symbiose entre sol, plante et mode de culture.

*****

SYLVANER NATURE 2016 (blanc – sec)

Un vin nature issu d’une parcelle plantée sur un terroir de Keuper, en bordure de forêt. La vigne ayant eu des problèmes récurrents de pourriture grise, la conduite a été modifiée pour passer d’une taille classique à une taille minimale. Le fait de ne quasiment pas être taillé confère à la vigne un air hirsute : elle pousse comme elle veut et fait des raisins là où cela lui semble le plus propice. Curieusement, alors que l’on pourrait s’attendre au contraire, les problèmes de pourriture ont fortement diminué et aujourd’hui la vigne donne de beaux raisins qui tiennent en forme le vendangeur, obligé de se tortiller dans tous les sens pour les trouver et les couper.

Vinifié sans soufre en amphore, barrique et inox, puis assemblé et mis en bouteille sans filtration – et avec lies fines ( !) – c’est un Sylvaner surprenant. Certes, le vin est trouble, en revanche les arômes ne le sont pas du tout. Finement structuré, sa fraîcheur rappelle un petit ruisseau de montagne. Tendu, minéral, il est d’une grande pureté.

Décidément surprenant, c’est un véritable ovni à apprécier sur sa jeunesse.

Environ 20€ au domaine

IMG_5468

Les Riesling qui suivent bénéficient d’un mode de conduite et d’une taille plus classique que le Sylvaner. Issus de sélections parcellaires pour garder la plus pure expression de terroir, ils sont tous vinifiés de la même façon : en inox, et avec le stricte minimum d’intervention. D’ailleurs, la disposition de la cave ne permet pas de grandes interventions et oblige de s’astreindre au plus simple. Même la malolactique a le droit de faire ce que bon lui semble et le vin ne s’en porte pas plus mal.

La vigne, l’Homme et le vin ont l’air d’avoir trouvé en ce millésime 2016 un équilibre juste, cristallin et sans artifices.

*****

RIESLING MUSCHELKALK 2016 (blanc – sec)

Ce Riesling s’enracine dans un terroir de calcaire lacustre. En naît un vin dynamique, à la fois enjoué et pudique comme un premier amour. Tendu, généreux et élancé, zeste d’agrumes et pêche blanche sont ponctués de notes légèrement fumées. Encore dans sa toute prime jeunesse, son élégance va se complexifier et s’épanouira au fur et à mesure des 15 années à venir. Mais il est tellement charmant aujourd’hui que l’on aura du mal à le garder en cave aussi longtemps.

Environ 32€ au domaine

RIESLING BUNTSANDSTEIN 2016 (blanc – sec)

Le grès jaune, roche sédimentaire, forme un support de choix aux racines de la vigne. Aéré et bien drainé, c’est un sol idéal pour les cépages précoces – comme le Riesling.

Filigrane, minéral et vertical, ce vin est comme taillé dans de la roche et tisse un fil délicat entre les racines de la vigne et nos papilles. Pierre à fusil, notes florales et d’agrumes, on le devine sur sa réserve et il est encore loin de montrer tout son potentiel. La meilleure idée serait de lui laisser encore du temps pour parfaire son nuancier aromatique tout en finesse.

Sa garde ? 15 ans au moins.

Environ 32€ au domaine

RIESLING BASALT 2016 (blanc – sec)

Le basalte, roche magmatique volcanique de couleur presque noire, incarne les forces indomptées de notre planète. Les Rieslings qui poussent sur ce type de terroir donnent parfois des vins au caractère plus sombres, moins faciles à décoder. Ce qui est le cas pour celui-ci.

Au nez il est discret, ne dévoilant qu’une note de feuille de laurier et d’une pointe d’agrumes. En bouche, il s’amuse de nous prendre au dépourvu. Sa minéralité s’exprime en notes salines, sa fraîcheur est celle d’une dense forêt après la pluie. Un soupçon d’amertume se promène entre les agrumes et les fruits blancs. Son caractère est plus large et moins élancé, comme habité par la force tranquille d’un forgeron. Moins évident à cerner que ses sœurs issus de grès jaune et de calcaire lacustre, il a pourtant tout autant de potentiel de garde. Le secret pour le sortir de sa réserve est de lui donner du temps et de se mettre à son écoute.

Environ 38€ au domaine

*****

Point final

Le Palatinat, région la plus francophone de l’Allemagne, est la patrie d’un bon nombre de domaines les uns plus intéressants que les autres. Odinstal en fait incontestablement parti. Sur leurs environ 17 hectares de prairies, de forêt et de vigne, il incarne ce que la viticulture moderne devrait être : au service de la Nature et de l’Homme.

Cheers !

NB : Ute, l’épouse de Thomas, organise des dégustations et des fêtes au domaine. On m’en a dit beaucoup de bien !

Informations pratiques

Weingut Odinstal

Odinstalweg 0 (cela doit être l’unique route en Allemagne où le numéro de la maison est zéro – ce qui d’ailleurs est une belle métaphore de la vie)

67157 Wachenheim (Allemagne)

Mail : mail@odinstal.de (écrivez-leurs en anglais)

Tél.: 0049 (0)6322 9495312

Catégories :Wine UncoveredTags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :