Une étoile rosée


Il y a une nouvelle étoile qui illumine le firmament du rosé. Une étoile de nature délicate qui ne sortira que les meilleurs millésimes et qui, ambitieuse, prouvera que le rosé n’est pas juste une histoire d’un été. Hors des sentiers battus, elle est née de la symbiose entre trois terroirs, deux appellations et deux cépages, sortant du carcan de l’AOP pour occuper le vaste territoire de liberté des Vins de France. Une étoile rebelle en quelque sorte. Mais au lieu de s’habiller d’étiquettes rock’n’roll et de langage provocateur pour faire parler d’elle, elle préfère afficher ses convictions avec une très jolie finesse d’esprit et une profondeur aromatique gracieuse.

Ceux qui sont à l’origine de cette cuvée originale si justement nommée « Etoile », ne sont autres que les frères Ott, Christian et Jean-François. Aux manettes des Domaines Ott qui regroupent le Clos Mireille (La Londe Les Maures), le Château de Selle (Taradeau) et le Château Romassan (Bandol), le rosé est inscrit dans leur ADN. Les deux frères auraient très bien pu s’en tenir aux gammes qui constituent déjà le cœur de chaque domaine. Mais que nenni. Quand on vient d’une famille vigneronne qui a su innover tout au long de son existence, il n’est point étonnant que les règles ne sont pas juste là pour être respectées, mais également pour être réinventées. Toutefois, loin d’être punks, au lieu d’aller vers le nature, ils explorent une facette encore trop rarement mise en avant et trop peu connue du public : celle des rosés de gastronomie.

Si aujourd’hui le marché a mis sur un piédestal le rosé de couleur (trop) évanescente, et ce très souvent au détriment de la profondeur aromatique, les rosés de gastronomie restent en effet des licornes, des être imaginaires dont le consommateur ne soupçonne pas l’existence. Pourtant, ils sont bien là. Et il y en a de plus en plus. De nombreux vignerons provençaux expérimentent à l’ombre de leurs chais pour mettre en bouteille des bijoux qui non seulement jouent toute la palette colorimétrique autorisée, mais qui déploient également une belle profondeur aromatique et une étonnante capacité de vieillissement. Trois éléments qui font défaut aux rosés d’apéritif. Toutefois : tant que les grands domaines viticoles et les instances officielles ne communiquent que sur les rosés de couleur claire, d’élaboration très technique et de style estival, il est bien difficile pour le consommateur de percevoir toute la diversité dont ce vin est capable.

Christian et Jean-François comptent d’y remédier et viennent d’offrir une vision très réussie d’une rosé de vigneron. La cuvée Etoile, c’est 80% de grenache noir et 20% de mourvèdre. Mais plus encore, c’est la symbiose de trois caractéristiques de terroir complémentaires : les notes salines, lumineuses et gourmandes du paradisiaque Clos Mireille, magnifique terroir qui borde le sentier littoral de la grande bleue ; le soyeux, la finesse et la fraîcheur du Château de Selle, terroir d’altitude en arrière-pays ; la profondeur, la structure et la longueur du Château Romasson, grand terroir solaire du mourvèdre.

Cet assemblage, ils s’amusent à l’expérimenter depuis bien longtemps, mais juste comme ça, pour explorer et comprendre les dynamiques de chaque lieu. Au final, l’étincelle d’inspiration s’est réincarnée en un rosé gracieux, enrobé, timide, qui, jeune encore car du millésime 2019, commence seulement après trois jours d’ouverture à montrer toute sa profondeur aromatique. Alors au lieu de se précipiter et de partager la bouteille maintenant, mieux vaut la garder au creux de sa cave pour lui faire sa fête pendant l’été indien. Ou dans un an. Ou bien plus tard encore.

Bref, c’est une bien savoureuse étoile rosée, qui non seulement est très réussie, mais je salue également le courage de ces deux frères qui osent nager à contre-courant, alors qu’ils dirigent certes les Domaines Ott, mais n’en sont plus propriétaires (les domaines appartiennent au groupe Roederer). Peut-être que cette audace encouragera d’autres vignerons provençaux de présenter à leur tour leurs licornes aux consommateurs. Je le dit d’autant plus puisqu’un des plus beaux accords mets et vins que j’ai eu le bonheur de découvrir, était la fusion amoureuse entre un délicat ceviche de poisson et un rosé de haut vol : deux univers gracieux et complexes qui fusionnaient en un tel bonheur que j’en avait perdu la parole.

Si vous voulez partager mon enthousiasme et goûter cette belle bouteille qui n’existe qu’en 3000 exemplaires, préparez-vous à devoir débourser 120 € (prix public départ domaine). Est-ce justifié pour un rosé, de surcroît en vin de France ? Je vous laisserais en juger par vous même, en ajoutant toutefois qu’il y a bien des vins incroyables en Vin de France, et que l’AOP ne fait pas le moine. Une chose est certaine : réservez cette belle bouteille pour une occasion spéciale, de préférence un moment qui vous offre suffisamment de calme et de silence pour percevoir le diapason subtil et délicieux du jeux de terroir.

Cheers !

***

PS : d’un point de vue notation vin, l’Etoile est bien sur un 17/20, sachant qu’avec la garde il gagnera en profondeur et complexité, ce qui potentiellement fera grimper la note…

Les Meilleures Adresses Wine Uncovered

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :