Le Clos des Papes – L’art de l’assemblage splendide



Le Clos des Papes fait partie des domaines les plus anciens de l’appellation Châteauneuf-du-Pape. Et pourtant, il n’a pas pris une ride, au contraire. Il est même d’une insolente jeunesse.

Pour ne rien arranger, plus il vieillit, meilleur il est. Un peu comme Sir Sean Connery, l’homme grisonnant le plus sexy au monde au volant d’une Jaguar Type E. Groarrrr, rugissement de moteur et nonchalance du vent qui décoiffe, le tout évidemment avec beaucoup de understatement.

Prenez les vins du Clos des Papes, ils sont pareils. Ils ont ce côté à la fois élégant et rugueux du tweed anglais, dont l’étoffe serrée épouse si bien le temps. Ou celui d’un vieil ouvrage relié en cuir, dont les trésors ne se dévoileront qu’après une lecture patiente. Le secret d’une si belle réussite ? Et bien, c’est l’âge… Et qui dit l’âge, en fait, ne parle de rien d’autre que de l’expérience ! Voilà, prendre de la bouteille n’a pas que des inconvénients.

IMG_3927

Le domaine est familial depuis l’an 1600, ce qui équivaut à 415 modestes années d’expérience, transmis de père en fils. Cet héritage impressionnant se trouve aujourd’hui entre les mains de Paul Vincent Avril, qui le gère avec un aplomb et une tranquillité tels que l’on se demande s’il n’y a pas du sang british qui coule dans ses veines. Il se considère comme un passeur entre deux générations, celui qui a la responsabilité de choyer et embellir une page d’histoire qui sera reprise par ses enfants.

De la fratrie, il est le seul à s’être passionné pour le vin. Dès tout petit, il accompagne son père dans la vigne et lui annonce, à tout juste 16 ans, de vouloir travailler avec lui. Afin d’être sûr que ce n’est pas une humeur fougueuse de jeunesse, son père l’envoie en formation et en voyage. Il passe d’abord 5 ans en Bourgogne, une expérience qui posera la pierre fondatrice de sa vision du vin.

D’autres étapes s’enchaînent : un stage chez Mouton à Bordeaux, un autre à Bandol, puis les cours de Tecomah (l’Ecole de l’Environnement et du Cadre de Vie) avec une spécialisation vins & spiritueux. Il travaille pendant un an aux Caves Legrand pour connaître le goût du parisien et part finalement dans l’hémisphère sud, parfaire ses connaissances en Australie (Mount Mary Vineyards / Yarra Valley).

C’est alors que son père décide de le faire revenir, considérant que junior s’est forgé une solide expérience et connaissance. Et l’entente fût parfaite. En 1987 Paul Vincent reprend le domaine, tout en continuant à collaborer étroitement avec lui. Le bonheur est dans la vigne, l’équilibre dans le chai, et le lien entre les deux est dans le cœur.

IMG_3922

Au Clos des Papes on vise l’excellence, tout en restant à l’échelle humaine. Pas de chai démesuré, juste fonctionnel, et une cave remplie de trésors liquides. S’y ajoute beaucoup de savoir-faire et d’humilité, ce qui est essentiel à l’élaboration de grands vins. Et de la fidélité, car en terme de travail la priorité est donnée aux gens du coin, ce qui permet de construire dans le temps une connaissance réciproque permettant une collaboration intelligente.

IMG_3925

Ainsi, Le Clos des Papes réussi, d’année en année, à saisir la finesse d’un terroir, lequel, à première vu, n’a pas l’air d’en avoir beaucoup. Car ici en été, il peut faire très chaud. Le sol, couvert de gros galets roulés, emmagasine la chaleur du soleil durant la journée pour l’irradier la nuit. Cela accélère (et assure les années plus fraîches) la maturation des baies. De plus, les principaux cépages de l’appellation, à savoir Grenache, Syrah et Mourvèdre, n’ont pas vraiment la réputation (à tort) d’être des danseuses étoiles dans le verre.

Cependant, il ne faut pas oublier le premier grand amour de Paul Vincent : la Bourgogne. À laquelle il compare d’ailleurs Châteauneuf, qui a tout juste la taille de la Côte De Nuits.

Le vignoble familial de 35 hectares est reparti sur 24 parcelles disséminées sur toute l’appellation. S’y épanouissent tous les 13 cépages autorisés à Châteauneuf-du-Pape, et si on y inclus les variantes couleurs pour chaque on arrive en fait à 22… La plupart des pieds plantés sont de vieilles vignes, qui produisent donc moins, mais mieux (une fois de plus une question d’âge). Tout ça pour ne sortir que deux cuvées par an, une en rouge, l’autre en blanc. Paul Vincent n’a jamais vendu une goutte en vrac. Tout est utilisé. Ce qui impose une exigence de qualité énorme. Un travail impeccable dans les parcelles (en bio non revendiqué) et au chai.

IMG_5425

Le tri à la vigne et pendant les vendanges est drastique, ce qui explique leur modeste rendement de tout juste 23 hl/ha en moyenne. Sur 2012 et 2013, ils n’ont même pas fait 15 hl/ha, tellement les conditions météo étaient difficiles. Mais le résultat y est, comme tous les ans.

Au chai, la vinification se fait en douceur pour préserver au maximum les qualités intrinsèques du millésime et des cépages. Depuis 1991 déjà il égrappe 100% des raisins pour éviter d’éventuels amertumes ou autres défauts liés à de la rafle trop verte. Pas de barriques neuves non plus. Le vin doit avoir la personnalité et « la gueule » du fruit. Ce qui n’empêche pas d’avoir une signature de style, dans leur cas une finesse des tannins comme de la soie et une aromatique d’une complexe délicatesse, année après année.

Ils auraient pu, comme nombreux de leurs voisins, lancer des cuvées parcellaires, créer des étiquettes originales à la mode, mais ce n’est point leur tasse de thé. La tradition à Châteauneuf, et de leur domaine, est l’assemblage. La recherche de l’équilibre qui se crée quand on combine les qualités complémentaires de différents cépages. Pour enlever le doute dans l’esprit de certains lecteurs : l’assemblage n’est pas une hérésie ni forcément un fourre-tout ni un moyen de cacher des défauts. L’assemblage peut être un art. Au Clos des Papes, il l’est.

Détail : le fait qu’ils utilisent 100% de leur récolte démontre que l’art de l’assemblage est aussi un art de plantation, car l’encépagement doit non seulement correspondre au plus près à l’assemblage final idéal, mais cela exige aussi la connaissance des différents terroirs et une implantation permettant de ressortir les différentes expressions de chaque variété.

IMG_3932

Puisqu’on parle de Clos des Papes, un détail amusant est que le Vatican est aujourd’hui le plus zélé consommateur de vin au monde, avec en moyenne 80 l/an par personne. Les français consomment tout juste 44 l/an, donc la moitié de ce que sirotent les représentants de la bonté divine. Et pourtant, tout le monde voudrait nous faire la morale. Je propose à notre gouvernement un programme éducatif sur un weekend : tous en stage au Vatican ! De plus, je me demande si le mot « Divin » n’est une erreur d’écriture, comme cela arrive souvent dans les retranscriptions basées sur des traditions orales, et qu’il s’agirait en fait de l’exclamation « Du vin ! ». Après une dure journée de politique ecclésiastique cela se comprend aisément…

Toujours est-il, les vins du Clos des Papes créent généralement l’unanimité. Dans ce cas, rien de mieux que de goûter soi-même pour en avoir le cœur net. Résultat : c’est tout juste délicieux. Un Châteauneuf à la bourguignonne qui exprime l’essentiel en toute simplicité.

IMG_3930

Certes, il faut savoir les attendre, car la jeunesse est charmante mais a besoin de mûrir. Toutefois, le temps qui passe les embellit et leur permet de trouver un équilibre et aboutissement qu’ils n’ont pas dans leurs premières années. D’ailleurs, Paul Vincent considère que le meilleur format pour ses vins est le Magnum, et en produit un nombre conséquent tous les ans. À bon entendeur.

*****

Clos des Papes 2013 – rouge

Frais, très souple, bien construit, avec beaucoup de finesse et des tannins bien fondus. D’une superbe longueur, ce vin exhale un bouquet complexe et chatoyant de fruits, épices et herbes aromatiques, avec une touche de laurier et de cuir fin. Encore trop jeune pour pouvoir en mesurer toute l’étendu de son talent, il a pourtant déjà tout d’un grand : l’équilibre, un caractère affirmé et l’élégance naturelle qui feront qu’il évoluera admirablement bien.

Garde 2016 – 2030, à carafer

19/20

*****

Clos des Papes 2007 – rouge

Quand je l’ai dégusté début 2014, ce vin était dense et solide, avec une énergie pleine de fougue. Aujourd’hui il s’est assagi et se montre d’une belle tendresse et souplesse, sans pour autant avoir perdu de son énergie. Très long en bouche, les aromes de fruits, d’épices et herbes aromatiques sont complétés par de jolies notes d’évolution comme le café fin, un soupçon de musc et d’orange sanguine. Même la pivoine pointe le bout de son nez. Ce vin est encore rempli de jeunesse, se montre d’une finesse redoutable. La complexité aromatique qui est en train de se mettre en place démontre qu’il a encore de longues et belles années devant lui.

Garde 2015 – 2028, à carafer

18/20

*****

Clos des Papes 2009 – blanc

Ce vin m’a fait penser aux Mille et Une Nuits, tellement il raconte d’histoires. Tout d’abord celle d’une tendre et fondante corne de gazelle avec ses notes de fleur d’oranger et une pointe anisée. Puis les aromes ont déferlés comme une vague de pétales soulevée par le vent à la fois frais et chaud du sud. La pêche et l’abricot côtoient le laurier, le safran et du zeste d’agrumes. La rose de Damas passe dire bonjour, suivi d’un cortège floral d’acacia, une pointe de sirop d’érable converse avec l’amande amère. En passant, on aperçoit la menthe dans la foule en train de discuter avec une branche de fenouil. Le tout assemblé par un beau fondant comme un délice oriental, légèrement croquant, exotique et généreux, tout en gardant une part de mystère et de retenue. Ce vin réussit à être expressif tout en restant délicat et raffiné, sans ostentation aucune. Le plus beau blanc que je n’ai jamais dégusté à Châteauneuf.

Garde 2016 – 2030, à carafer

20/20

*****

Conclusion : Le Clos des Papes est une sorte de chemin des lumières pour les cépages de l’appellation. Je ne sais pas ce que Paul Vincent leur fait, mais une chose est sûre, ils s’entendent à merveille. Peut-être est-ce l’influence bourguignonne qui leur fait cet effet. Comme dirait Yves Beck : c’est du mega good glou-glou !

Pour ajouter la cerise sur le gâteau, ce domaine incontournable a su rester abordable. Rester en dessous de 100€ pour une telle qualité démontre qu’il est possible de produire de grands vins accessibles à tous. La classe, comme Sir Sean Connery.

IMG_3929

Si jamais vous êtes en voyage à Châteauneuf-du-Pape et souhaitez goûter ses vins autour d’une excellente table, allez à la Table de Sorgues. Non seulement ils ont leurs vins à la carte, mais en plus c’est la maison dans laquelle Paul Vincent a grandi. Même si aujourd’hui elle ne lui appartient plus, c’est bien l’endroit où il a découvert le vin et a couru en culotte courte dans toutes les pièces.

Sur ce : cheers !

*****

Informations pratiques

13, avenue Pierre de Luxembourg

84230 Châteauneuf-du-Pape – France

Tél. : +33 (0)4 90 83 70 13 • Fax : +33 (0)4 90 83 50 87

Vente à la propriété : sur RDV

IMG_3688

Catégories :Wine UncoveredTags:, , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :